«Quand nous serons grandes…»

J’ai le meilleur métier du monde. Extraordinaire. Passionnant. Beau. Enrichissant:

Les enfants.

1237919_10201777824589273_754893454_n

L’innocence. L’insouciance. La joie. L’amour. Les rires. Le bonheur. Des enfants.

Il n’y a rien de plus beau, que des étoiles dans les yeux d’un enfant.

Je pense que la plus belle partie de ma vie c’était la maternelle. Avouez, tout était tellement plus simple, on devait juste se prendre la tête pour savoir à quoi on voulait jouer, ce qu’on allait manger, ou pas. Quelle bêtise on pourrait faire. Être juste un enfant, sans responsabilité, sans peur de l’avenir, ce que l’on va devenir, comment, quand, où, avec qui.  Puis bon, comme tout le monde j’ai grandi. Il y a eu cette période un peu (beaucoup) éprouvante du collège, où il a fallut, comme ça en quelques mois, trouver ce que voulait faire plus tard. Apres une courte réflexion, c’est arrivé comme une évidence. Le seul truc dans ce monde que je suis capable de faire et le faire bien c’est de m’occuper des enfants. Le monde de l’enfance. Mais pas n’importe où. Le retour en maternelle. Le retour, des gros feutres, des gros crayons de couleurs, des tapis de courses, des petits lavabos, de l’écriture en script à la cursive, des doudous baveux, des cahiers de liaisons. Mais l’arrivée du nouveau. Être de l’autre côté. À la bonne place. D’un autre bon côté. Je n’ai ni le rôle de parent, ni celui de l’enseignant. Je suis au milieu, je suis celle qu’on va voir quand on a un « bobo », du chagrin, celle à qui on raconte ses cauchemars, ses peurs pour être réconforté. Celle à qui on a envie de raconter ses aventures « de la veille de demain » (paroles d’enfants: traduction: d’hier) . On a envie de rire un peu aussi, non, souvent. Travailler avec les enfants c’est passionnant, enrichissant. Ils sont intéressants intelligents, plein d’imagination. On apprend beaucoup avec eux et par eux. Chaque enfant a sa propre personnalité. Ses humeurs. Ses gouts. Ses envies. Ils ont tous ce petit truc différent qui les rendent adorables. On laisse parlé notre imagination, notre créativité avec les enfants. Il ne se passe pas une journée, rien qu’une heure sans qu’on rigole, on passe 1001 bons moments dans une seule petite journée. Nous avons les plus belles chansons dans la tête le soir (La famille tortue, À l’intérieur d’une citrouille….) C’est le seul métier où mon prénom est joliment déformé de toute sorte, de Aurélie à Orly en passant par Auyélie ou encore Aulili et même Laurie, où tu as un fanclub qui t’accueillent de cris et se sourires le matin.. Nous avons tous les jours de grandes discussions philosophiques sur la vie, du doudou, du pansement imaginaire sur le pouce, pourquoi les arbres sont verts, pourquoi la lune est dans le ciel, et pourquoi les araignées ne sont pas toutes des Spidermans?. On leur apprend nos phrases fétiches qu’ils répètent après à longueur de temps, comme mon « minute papillon » qui est devenu par les enfants « minute papayon » mais c’est mignon aussi non?

L’enfant apprend un peu plus de jour en jour, et j’apprends de lui aussi. 

Il faut trouver les mots pour consoler, les motiver, leur donner envie d’apprendre, de comprendre, de découvrir, de grandir, d’aimer. Leur donner chaque jour un peu de bonheur. Leur donner envie de sourire.

– Alors oui, il y a aussi des côtés négatifs. Comment ça tu as mis de l’acrylique sur mon pantalon (tout neuf)?. – Oui je suis enrhumé à peu près 3 fois par mois. Au moins ça me balade d’aller à la pharmacie. – Oui on passe nos journée avec de la colle et de la peinture sur les mains mais bon sang, qu’est-ce-que ça vaut le coup, parce que qu’est ce qu’il sont beaux nos petits bricolages. – Mais j’ai la chance d’être heureuse le matin en me levant. De ne jamais m’ennuyer au travail, car une journée avec les enfants n’est jamais la même le lendemain. Elles sont captivantes. On ne se dit pas « Oh il n’est que cette heure là » mais plutôt « Quoi déjà! ». J’ai pleins de beaux souvenirs qui me font sourires quand ça ne va pas. J’ai mille et une péripétie à raconter quand on prend des nouvelles des p’tits bouts.

Par contre, il y a ce moment terrible. Ce déchirement. Après avoir passé une année magique & magnifique avec les enfants, madame.. La fin d’année. Parce qu’on s’y attache à ses petits machins, parfois bougons, plein de microbes, ils sont mignons & attachants finalement. C’est un peu comme si, ton coeur se déchirait en petit morceau, mais vingt fois de suite. On repense à tous les bons moments. Les mauvais sont déjà oubliés. On réalise les progrès fabuleux qu’ils ont fait depuis le début de l’année, puis ça y’est, y’a une sorte de grande fierté / nostalgie qui s’installe. Parce que c’est fabuleux de voir l’évolution d’un enfant, en quelques semaines, quelques mois, de voir les choses qu’il sait faire grâce à « nous ». On oubli pas, on y repense sans arrêt à ces moments magiques que CHAQUE enfant nous a fait vivre. Deux mois après c’est reparti. Nouveaux enfants, nouveaux souvenirs.

Je n’ai peut-être pas le métier le plus valorisant selon certaines personnes, de mes proches ou même de ma propre famille. Je ne gagnerai jamais de grosse fortune. À la différence de certains je ne travaille pas que pour ça. L’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue, certes. Mais à quoi ça sert de faire quelques choses qui ne nous passionne pas? De ne pas avoir la motivation de se lever le matin, de n’avoir rien de joyeux, d’intéressant à raconter sur ses journée? De toujours avoir le besoin de vous vanter de votre grade, des sommes que vous gagnez?. Alors oui, peut-être que pour vous, mon métier n’est pas terrible, selon vous, mais moi je l’aime. Il me fait rire, m’apporte de la joie, me passionne, me donne envie de me lever le matin, me prouve que je sers à quelque chose d’utile sur cette terre et me rend fière. Fière de donner une part de moi chaque jour. Fière de les voir arriver et repartir avec le sourire.

On laisse notre trace dans la vie de ces enfants. On a un impact sur leur avenir. C’est comme une mission. Mais une joyeuse mission. Avec seulement les bons côtés, je ne suis pas « maman », mais je passe mes journées entouré des enfants des autres. Et c’est tellement plus magique comme ça. ;) On a tous notre âme d’enfant, moi j’ai choisi de la garder encore longtemps.

pcb

L’enfant c’est tout, il est l’avenir, il est l’espoir, il vaut mieux que nous dans son innocence.

Publié par

Aurelie, blogueuse Lifestyle, j'adore utiliser les parenthèses, passionnée par les étoiles et mon travail. Une âme d’enfant. Amoureuse de Disneyland et de Paris. J’aime les paillettes, le doré, ainsi que le bleu et le rouge.. Je ne suis malheureusement pas allergique au chocolat. Écrire c’est ma thérapie, des mots sur mes maux. Lily, blogueuse au naturel, passionnée de beauté depuis 2014. Un blog fleuri dans la douceur, la joie et la simplicité, où je partage avec vous mes tests, tutoriels, et coups de coeur.

7 thoughts on “«Quand nous serons grandes…»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s