Vieillir, l’avenir, moi. Non. Ça fait peur.

Quand j’étais petite, je me moquais de ma maman parce qu’elle avait peur de vieillir. Je ne voyais pas où était le problème. On nait, on vieillit, on meurt. C’est la vie. À 16 ans, je n’avais qu’une envie, en avoir 17, puis 18. Finalement 18 ans c’est pas si cool que ça,  t’es propulsé dans le monde des adultes. Les responsabilités, les choix, les papiers… Être adulte, ça craint. Puis bon, j’ai eu 19 ans, jusque là, tout allait bien, enfin, je ne me préoccupais plus vraiment de mon âge.

Soudainement, un certain jour du mois d’Avril, j’ai eu 20 ans, je l’ai plutôt mal vécue ce changement de dizaine, je ne me sentais pas «vieille», mais non, ce n’est pas passé facilement. On entre dans les 20… 21… 22 ouais mais le dernier c’est quand même 29 et 29 ça fait peur, parce qu’après il y a 30, vous voyez? Ce temps qui défile devant nos yeux. Non ça ne va pas, ça passe trop vite. Enfin le 29 j’ai encore un petit peu de marge, cela dit, c’est ce que je disais pour les 25 et finalement je n’en suis plus très loin. C’est bon, j’angoisse officiellement.

48553423

Vers mes 21-22 ans, j’ai établi une sorte de «plan» de ma vie. À 25 ans, je serai à Paris.

 Ouais bon avant ça il faudrait que je sois remplaçante pour espérer être stagiaire-titulaire, puis titulaire, après ça, que j’ai mon concours, ensuite que je devienne riche (ce qui prendra 40 ou 50 ans) & que je fasse une demande de mutation. J’ai bientôt 24 ans, j’en suis à l’étape stagiaire-titulaire, je suis loin d’être riche, et le concours il y a des milliers de participants pour un dizaine de diplômes. (Je peux pleurer? Parce que j’en ai très envie là.)

Paris me fait rêver mais Paris me fait peur. Le loyer, les charges etc etc…. Tout ça face à mon salaire. (D’où mon besoin de devenir riche). Oui, même si je suis bélier je ne fonce pas systématiquement la tête dans le mur. Tout ce qui touche à l’argent (le mien) me fait très peur.

Globalement, l’avenir me fait peur. Quand on voit ce qu’il se passe, la politique, les drames à l’étranger qui arrivent aussi chez nous, la pauvreté, quelle vie va t-on avoir? Ça s’annonce plutôt triste. Et c’est effrayant car les gens, certains, s’en aperçoivent, et nous bougent pas. Allons-y, droit devant nous, devenons pauvres, tristes, malheureux, sans rien. Sans rien faire.

Ensuite cette approche des 25 m’effraie aussi parce que 25, ça fait vraiment très adulte, je trouve. Moi j’adore les dessins-animés, je bosse avec des enfants parce que l’enfance, c’est ce qu’il y a de plus beau, si je pouvais j’y retournerais, l’endroit ou je me sens le mieux c’est le parc de DisneyLand Paris, si je pouvais je vivrais dedans. J’ai gardé une grande partie de mon âme d’enfant. Et j’ai remarqué que ça ne plaisait pas à tout le monde. Parfois des proches, de mon âge, me le reproche. «T’iras pas à DisneyLand toute ta vie quand même? En tout cas, pas avec moi». Bête ou pas, ça m’a profondément blessé. On a bien le droit de rêver, de s’échapper de temps en temps. Alors oui, j’irais encore, parce que s’évader, oublier quelques instants ça fait du bien. Même si je l’accorde, moi, je rêve trop.

tableau-tableau-quand-je-serai-grande-j-irai-a-paris-toute-seule-d-isabelle-kessedjian

Il parait que c’est même écrit sur les lignes de mes mains. Un jour, quelqu’un qui s’y connait bien a regardé mes mains, ça m’amusais, non que j’y croyais ou pas, je trouvais ça rigolo, c’était histoire de me rassurer un peu aussi. Quand la personne a vue ma ‹ ligne de tête › ses yeux ont fait : O_O tu es très très dans l’imaginaire toi. Du coup mon avenir il ne pouvait pas le lire, car ça pouvait venir de la réalité ou de mon imagination….  Soit, rien de rassurant. Avenir toujours aussi effrayant.

Et, dans l’hypothèse où je parviens à affronter tout ça, je ne me vois pas du tout devenir une personne âgée, se sentir diminuer, vieillir, se sentir partir. Être incapable de contrôler ce que l’on devient. Puis, y’a quoi après?

Du coup, c’est ma mère qui pourrait se moquer de moi maintenant, car je comprends un peu sa peur de vieillir, finalement.

Publié par

Aurelie, blogueuse Lifestyle, j'adore utiliser les parenthèses, passionnée par les étoiles et mon travail. Une âme d’enfant. Amoureuse de Disneyland et de Paris. J’aime les paillettes, le doré, ainsi que le bleu et le rouge.. Je ne suis malheureusement pas allergique au chocolat. Écrire c’est ma thérapie, des mots sur mes maux. Lily, blogueuse au naturel, passionnée de beauté depuis 2014. Un blog fleuri dans la douceur, la joie et la simplicité, où je partage avec vous mes tests, tutoriels, et coups de coeur.

One thought on “Vieillir, l’avenir, moi. Non. Ça fait peur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s